ÉMOTUS | Revue digitale

Hormonothérapie et masculinisation de la voix

“Il faut savoir que le traitement hormonal influencera le timbre vocal en le réduisant, mais il n’aidera pas le larynx à s’adapter à cette nouvelle configuration, et n’apportera pas le naturel recherché dans la parole et la voix…”

 

Parmi la multitude de difficultés ou d’exigences qui se présentent dans le vaste et beau domaine de la voix, la modification de la fréquence fondamentale et de la parole devient une tâche qui, en plus d’avoir un intérêt récent dans le domaine de la recherche et de la clinique par rapport aux nombreuses preuves actuelles dans la réhabilitation des pathologies vocales, exige une série de qualités spécifiques de la part des professionnels impliqués.

Lorsque j’ai entrepris le merveilleux travail de recherche et de formation en matière de formation vocale au profit de la communauté transgenre, je n’imaginais pas le bel apprentissage que j’allais constamment acquérir. Sans aucun doute, la personne qui guide la formation de la voix transgenre doit avoir un certain profil dans lequel la sensibilité et l’empathie doivent être présentes.

À cette occasion, nous préciserons les spécificités de l’entraînement à la masculinisation de la voix et de la parole, tant sur le plan émotionnel que technique, ainsi que le suivi orthophonique proprement dit et l’efficacité et l’introduction de la thérapie physiologique dans ce processus.

Objectifs logopédiques dans la masculinisation de la voix

D’une manière générale, les objectifs logopédiques orthophoniques pour les hommes transgenres doivent tenir compte d’aspects tels qu’une diminution de la fréquence fondamentale, une modification du geste vocal et de l’élocution, une diminution de l’air pendant l’énonciation, une intonation plus monotone et des changements dans le langage verbal et non verbal. Travailler sur la résonance pour faciliter une émission correcte doit également faire partie de nos objectifs, ainsi que la mise en place d’une hygiène vocale adaptée.

Il faut savoir que le traitement hormonal influencera le timbre vocal en le réduisant, mais il n’aidera pas le larynx à s’adapter à cette nouvelle configuration, et n’apportera pas le naturel recherché dans la parole et la voix.

Le larynx des femmes présente une structure laryngée différente en termes de taille, de mobilité ou de masse du conduit vocal, qui est plus importante chez les hommes.

Normalement, sur une période de trois, six et douze mois, la fréquence fondamentale diminue de manière significative, bien que des symptômes tels que l’instabilité vocale ou la fatigue vocale apparaissent souvent. Il est donc important de détecter et d’étudier ce groupe potentiel d’hommes transgenres qui, après ce processus, ont besoin d’une thérapie vocale, soit en raison de la non-conformité, de la stabilité, de la fatigue ou de la descente tonale insuffisante de la voix.

Traitement hormonal

Le traitement à la testostérone représente, encore aujourd’hui, la principale thérapie pour ce groupe de la population transgenre, qui doit non seulement se distinguer en tant qu’homme par la société mais aussi en avoir une perception personnelle. Les effets irréversibles de ce processus hormonal ont un taux de réussite élevé en termes de changements physiologiques et laryngés, dont on pense désormais qu’ils contribuent aux mêmes que ceux qui se produisent chez les hommes cisgenres à la puberté, alors que l’on observe également une insatisfaction vocale dans ce dernier groupe.

Il y a des preuves qui suggèrent la difficulté dans les fonctions vocales essentielles telles que la puissance et le contrôle vocal, la stabilité, l’efficacité des globules, la variabilité de la tonalité, la résistance vocale, la qualité de la voix ou la gamme, ce dernier en particulier chez les hommes transgenres chanteurs reflétés, par exemple, dans l’incapacité de produire la voix de fausset, quelque chose attribué aux effets secondaires de la testostérone. D’autres symptômes vocaux post-hormones ont été décrits, tels qu’un manque d’agilité vocale, une incapacité à baisser le ton, un manque de luminosité ou une fluctuation, qui ont conduit à la chirurgie alors qu’ils auraient pu être résolus par une thérapie vocale appropriée avec un taux de réussite plus élevé et la santé vocale.

La fréquence fondamentale

En ce qui concerne la fréquence fondamentale, l’une des études les plus importantes à ce jour a montré qu’entre douze et vingt-quatre mois, aucun changement significatif n’est observé et semble stagner. De nombreux individus ressentent une gêne dans la gorge, qui se traduit par une tension musculaire, un enrouement, une rugosité, une instabilité ou une fatigue, ce qui nécessite sans aucun doute une intervention logopédique vocale, ainsi que la diminution de la plage de fréquence de la phonation qui se reflète en manifestant qu’ils perdent plus de notes hautes que les notes basses acquises, un aspect assez décisif.

Le traitement à la testostérone est perçue par beaucoup comme une barrière à la production correcte de la voix, qui affectera au moins un aspect fonctionnel de la voix, de sorte que le rôle du logopède orthophoniste doit toujours être considéré.

D’autre part, la façon dont la personne perçoit sa voix au niveau général donne des pourcentages qui montrent que vingt pour cent ne sont pas entièrement satisfaits de leur voix et que cinquante pour cent s’attendaient à ce que leur voix change plus rapidement et davantage, des données très révélatrices qui ne présentent pas le sentiment de bonheur au sujet de la voix.

Par conséquent, il est nécessaire de procéder à une évaluation des performances vocales respectives et spécifiques, qui prévoit des attentes vocales approximatives avant l’harmonisation afin d’éviter les incohérences entre la voix et le genre, atténuer l’inconfort et augmenter la satisfaction en ce qui concerne les changements dans la voix.

 Effets dans la voix

De nombreux hommes transgenres se plaignent d’avoir toujours une sonorité féminine, et certains auteurs attribuent cette demande à la résonance. Bien que la testostérone puisse entraîner des modifications des voies aériennes supérieures et de la fréquence des formants, il n’a pas été démontré que cela produisait une résonance suffisamment masculine. De même, lors de l’expression de différentes émotions, les mots sont accentués et l’intensité renforcée, ce qui entraîne des auto-restrictions qui modifient les schémas de stress et conduisent à une expressivité inappropriée et à une fausse apparence d’antipathie.

Les besoins émotionnels sont importants, la dépression et l’anxiété sont souvent présentes dans la dysphorie de genre et doivent être traitées avec douceur et responsabilité dans cette connexion esprit-corps-voix-communication. Beaucoup admettent également s’être mis à fumer et à boire pour essayer, par erreur, de développer une voix plus masculine. Il est donc contraire à l’éthique de négliger la santé vocale ou la réhabilitation d’une pathologie vocale, le cas échéant. Un bon conseil et une bonne prise de décision devraient être des règles essentielles pour le clinicien dans ce service limité et partiellement négligé qui mérite d’être développé davantage.

En raison de la grande rareté des méthodes orthophoniques logopédiques existantes qui accompagnent et favorisent l’abaissement de la fréquence fondamentale de la voix et du geste vocal chez les hommes transgenres, l’objectif de rechercher des exercices actualisés et efficaces qui éclairent ce groupe est né. Il s’agit de notre objectif principal, ainsi que de la satisfaction et de l’adhésion au traitement du plaignant.

Alors que les services liés à la voix et à la communication dans la communauté transgenre, la recherche et la formation de logopèdes orthophonistes passionnés par la voix continuent de se développer, nous devons garantir des thérapies efficaces, dynamiques et fonctionnelles, conduisant à une bonne adhésion au traitement et à la généralisation des paramètres travaillés.

Chirurgies de masculinisation de la voix

Les interventions chirurgicales telles que, dans ce cas, la laryngoplastie de relaxation ou la thyroplastie de type III d’Isshiki, devraient attendre un hypothétique échec logopédique, être mises de côté et évitées tant qu’il existe des résultats que les interventions logopédiques mentionnées démontrent actuellement. Il est de notre devoir de thérapeute d’étudier et d’évaluer chaque cas avec soin, en fournissant des informations sur toutes les alternatives possibles et leurs conséquences.

Conclusion

En bref, quelles sont les mesures à prendre par une personne transgenre ou cisgenre désireuse d’abaisser le ton de sa voix et d’acquérir une élocution plus masculine ? 

  1. Évaluation et conseil en matière de voix. Entretien avec le spécialiste. Séance gratuite.
  2. Conception spécifique et adaptée de l’intervention vocale. Familiarisation avec les matériaux.
  3. Séance hebdomadaire d’entraînement vocal avec suivi quotidien.
  4. Naturalisation des changements vocaux réalisés.
  5. Révision et fin de la formation.

N’hésitez pas à contacter notre équipe par l’un de nos nombreux canaux pour obtenir votre premier rendez-vous gratuit d’évaluation et de conseil vocal.

Damián Osorio Logopeda

ARTICLE ÉCRIT PAR

DAMIÁN OSORIO

Logopède spécialisé dans la rééducation des pathologies vocales.

Partagez cet article

Cet article n’a pas répondu à vos questions?

Si vous avez encore des doutes ou des questions, n’hésitez pas à nous contacter directement, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Derniers articles

Contactez-nous par Whatsapp